Comment optimiser le référencement de ses images sur Google Images ?

Google est le moteur de recherche le plus utilisé depuis ces dernières années dans le monde entier. Il vous permet de rechercher des sites internet ainsi que des pages plus précises ou même. Mais là où il devient intéressant, c’est qu’il vous permet bien plus. Vous avez la possibilité de rechercher, par mots-clés :

  • Des images de provenant des sites internet,
  • De l’actualité (des articles de blog, de journaux en ligne, de presse…),
  • Des vidéos (sur des sites internet, sur YouTube ou Dailymotion, sur les réseaux sociaux…),
  • La localisation d’une entreprise comportant votre mot-clé : restaurant ⇾ Chez Pablo,
  • Des livres, générés principalement par books.google.fr,
  • Des produits possédant votre mot-clé écrit ci-dessus, grâce à Google Shopping,
  • Une destination de vol avec Google Flight,

Et bien d’autres fonctionnalités !

Ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est la fonctionnalité de Google : Google Images.

 

L’histoire de Google Images

Google Images est apparu en 2001, soit 3 ans après la création du moteur de recherche Google. C’est grâce à une image qui a laissé une opportunité à Google de se développer. En effet, lors de la 42e édition des Grammy Awards, Jennifer Lopez, grimpant les sommets de sa carrière, dévoila une robe Versace Vert Émeraude qui laissait paraître ses formes. Sa tenue créa un buzz média et tout le monde se mit à chercher sur Google ces mots-clés :
– Robe J Lo Grammy
– Robe Jennifer Lopez
– Tenue Jennifer Lopez Grammy Awards…

Google ne pouvant répondre à la requête des internautes, il créa Google Images pour les satisfaire.

 

Comment apparaître dans les premières images sur Google Images ?

Poster simplement une photo sur son site internet ne permet pas d’arriver en première page de Google, ce serait beaucoup trop simple. Notamment pour les e-commerces dont les images des produits ont tout intérêt à apparaître en première position.

C’est là que le SEO, aussi appelé référencement naturel, entre en jeu et on appelle cela : le référencement d’images.

Cette technique consiste à optimiser le référencement de vos images sur Google Images. Elle peut vous permettre d’arriver dans les premières positions des recherches liées aux mots-clés à l’aide des mots-clés associés, mais aussi à des recherches universelles avec les requêtes larges.

Bien évidemment, nous allons vous donner quelques astuces pour mettre en place cette technique et faire accroître vos ventes ainsi que votre trafic organique sur votre site internet.

 

1.      Renommer les images est primordial

Lorsque vous prenez une photo, il est fort probable que cette image se nomme « IMG86.JPG ».

Si un client vous envoie un mail, avec 400 photos nommées « IMG86.JPG / IMG87.JPG / IMG88.JPG… » et qu’il vous demande de poster « la photo de la devanture du magasin pris de l’angle gauche où on voit le ciel ». Ce sera plus facile pour vous de retrouver la dite-photo. Et bien, pour Google, c’est plus ou moins la même chose. Bien sûr, il y a quelques règles à respecter pour que Google comprenne mieux le sujet de votre photo :

  • Utilisez des mots-clés pertinents,
  • Séparez vos mots-clés par des tirets du 6 « – » ou des « Underscore », aussi appelé tirets du 8 « _ »,
  • N’utilisez pas de caractères spéciaux « Ї/Ñ¥ ?ЇÆτЇŠ!# », ni d’accents ou d’apostrophe,
  • Retirez les déterminants qui ne sont pas utiles,
  • Évitez les chiffres s’ils ne sont pas nécessaires,
  • N’utilisez pas non plus de majuscules.

Vous devez renommer ces images sur votre ordinateur lorsque vous les enregistrez et que vous les déplacer dans un dossier. Un CMS va donner une URL unique à une image, si vous ne respectez pas ces quelques règles ci-dessus, l’URL risque d’avoir des caractères spéciaux et sera donc illisible.

 

2.      Ne pas oublier la balise alternative

Aussi appelée « Attribut ALT », cette balise permet d’expliquer et de contextualiser le contenu de l’image. Idéalement, cette balise contient de 3 à 5 mots, dont votre mot-clé principal. Attention toutefois à vouloir trop bien faire et bourrer votre balise alternative de mots-clés (le keyword stuffing).

Cette balise alternative est très utile dans les moteurs de recherche, car c’est elle qui contient les mots clés avec les accents et les apostrophes. L’attribut Alt est plus important au niveau du référencement que de juste renommer ses photos et images. Faire les deux, c’est déjà mieux.

 

Prenons l’exemple de cette photo :

Le nom de l’image : « preparation_guacamole_chez_tito.jpg »

Balise alternative : « Préparation et recette d’un guacamole fait-maison au restaurant Chez Tito »

À vous de jouer !

 

3.      Pas de duplicate content

Le duplicate content ne s’applique pas qu’au contenu textuel. En effet, Google n’aime pas du tout le contenu dupliqué. Une image déjà utilisée, possède déjà sa propre URL et est déjà indexée sur un site tiers.

Aussi, pensez que ce qui est sur Google est à Google. Aussi bien les photos de Google Images que de Google Maps ou même les photos laissées dans les vais Google. Vous ne pouvez pas les utilisez. Elles sont protégées par Google et ses droits d’auteur.

Plusieurs choix s’offrent à vous. Vous pouvez :

  • Utiliser des photos libres de droits : il existe de nombreuses plateformes et sites internet proposant des images professionnelles libres de droits, gratuites ou payantes.
  • Faites appel à un photographe : certes, cette option peut être coûteuse, mais elle vous garantit d’avoir des photos à votre image, personnalisées et totalement uniques.
  • Modifiez les photos : Votre concurrent à la même photo de produit que vous ? Vous avez la possibilité de modifier la photo en changeant la luminosité, la saturation, le contraste, la netteté. Cela permet de changer les hexacodes principaux de la photo.

4.      Compressez vos images

Le poids ainsi que la taille des images ont aussi leur importance dans cette technique de référencement naturel liée aux images.

Redimensionnez vos images en fonction de l’emplacement de celles-ci. Si vous souhaitez utiliser une image en bannière, définissez sa hauteur et sa largeur au préalable.

Une image compressée mettra moins de temps à se télécharger qu’une image non compressée. Une image de très haute qualité possède deux à 3 fois plus de pixels que la même image en qualité inférieure. Bien évidemment, l’expérience utilisateur y joue un rôle. En effet, si une page met plus de 2 secondes à se charger, il est fort probable que l’utilisateur aille chercher son information ailleurs et quitte votre site internet.

Par ailleurs, une photo prise avec un téléphone portable pèse très lourd. Alors n’hésitez pas à compresser vos images à l’aide de sites internet comme compress.jpg.

 

5.      Choisissez le bon format d’images

PNG (Portable Network Graphics)

C’est le format le plus utilisé pour les schémas, il donne l’illusion d’une image nette. Le PNG vous donne aussi la possibilité de mettre un fond transparent. Ce format est très utile pour vos logos et icônes.

JPEG (Joint Photographic Experts Group)

Ce format universel est utilisé pour les photos comportant plusieurs nuances de couleurs ou des nuances de gris. L’avantage du format JPEG, c’est qu’il est facile de modifier les couleurs sans altérer la qualité de l’image. Autre avantage, c’est que tous les appareils peuvent lire ce format. Le JPEG compresse les données de la photo pour supprimer les données invisibles pour les yeux.

GIF (Graphics Interchange Format)

Si vous souhaitez ajouter de l’animation dans votre site, sachez que le format GIF est tout à fait trouvable sur Google Images.

 

En conclusion, il faut savoir que Google possède un algorithme bien à lui. Par ailleurs, des pénalités peuvent s’appliquer dans le cas où vous utilisez des images dont vous n’êtes pas le propriétaire. La pénalité panda sanctionne le contenu dupliqué, qu’il soit visuel ou textuel grâce aux bots se déplaçant sur le site internet. Votre site ou votre page contenant l’image peut se voir être désindexée des recherches Google. La sanction est la même pour les photos de très mauvaise qualité.

La Search Console, quant à elle, vous notifie d’une pénalité manuelle par un message d’alerte.

Optimiser le référencement de vos images pour apparaître dans les meilleurs résultats sur Google Images n’est pas si compliqué. Il suffit d’avoir ces quelques bons réflexes cités ci-dessus.

Après quelque temps, vous pourrez observer un meilleur trafic organique sur votre site internet grâce à un meilleur ranking sur Google.

Vous pourrez également observer votre taux de conversion augmenter de jours en jours, mais aussi votre expérience utilisateur ne sera que meilleure. Votre site web sera, d’ailleurs, bien plus performant que celui de votre concurrent.

Les images, les schémas et les infographies enrichissent votre contenu textuel et permet une diversité d’informations pour le lecteur. Bien évidemment, il ne faut pas abuser des éléments visuels. Utilisez-les avec parcimonie quand c’est nécessaire. Pour un article de blog, par exemple, privilégiez maximum 3 éléments visuels.

Qu’attendez-vous ?

Dorénavant, vous possédez toutes les astuces pour optimiser le référencement naturel de vos images et ainsi arriver dans les premières positions de Google Images.

Vous souhaitez générer plus de trafic sur votre site internet ?

Aimeriez-vous voir votre taux de conversion augmenter ?

Vous souhaiteriez aussi vous placer dans les premières positions de Google ?

Nous vous invitons à prendre contact avec notre agence de webmarketing Inviatis. Un de nos conseillers sera ravis de pouvoir évaluer avec vous vos besoins et définir ensemble une stratégie digitale adaptée à votre marché.

 

Vous aimez aussi lire…

0 commentaires

Share This